Cet été, Rambouillet propose une exposition d’œuvres de Gustave Hervigo, peintre autodidacte, né et mort à Rambouillet (1896 – 1993). Issu d’une famille d’artisans, intéressé par la peinture dès son plus jeune âge, il se consacre, malgré lui ...

Musée de Rambouillet

Palais du roi de Rome
www.ramboliweb.com/lepalaisduroiderome

"Figures et paysages d'Afrique noire dans les années 50"
par Gustave Hervigo 
du 4 juillet au 27 septembre 2009

Palais du Roi de Rome Rambouillet

Cet été, Rambouillet propose une exposition d’œuvres de Gustave Hervigo, peintre autodidacte, né et mort à Rambouillet (1896 – 1993). Issu d’une famille d’artisans, intéressé par la peinture dès son plus jeune âge, il se consacre, malgré lui, à la reprise des affaires familiales dans le domaine du cuir. Parallèlement, il croise le peintre rambolitain Henri Laigneau, qui l’initie au goût de la représentation de la nature et il continue à pratiquer le dessin et la peinture, ses véritables passions. Il envoie ainsi une première œuvre au Salon des Indépendants en 1925, appartient à la Société Nationale des Beaux-Arts dès 1930 (pour en devenir sociétaire en 1940 et membre du Jury en 1948). Il obtiendra d’ailleurs de nombreux prix délivrés par cette société durant toute sa carrière. 

Gustave Hervigo Gouache Zouar 1951



En 1948, il a l’occasion d’exercer enfin la peinture de manière continue et professionnelle, grâce à l’obtention d’une bourse de voyage de l’Afrique Equatoriale, décernée par la Société des Beaux-arts de la France d’Outre-mer. Dès lors, Gustave Hervigo devient un véritable « peintre voyageur » : il entreprend seize voyages à travers le monde entre 1949 et 1976, en débutant par l’Afrique noire de 1949 à 1961. C’est à cette partie de sa création que cette exposition est consacrée. 

Le but de cette exposition est de permettre aux visiteurs de découvrir, ou de redécouvrir, ce peintre indépendant, original et puissant, et à travers lui, une vision particulière de l’Afrique de cette époque, alors en marche vers son indépendance. Gustave Hervigo présente un regard bienveillant et quasiment d’ethnologue à l’égard de ce continent. 

Fait Chevalier de la Légion d’ Honneur en 1953, il est aussi reconnu par les autorités locales africaines : plusieurs des pays parcourus et représentés lui commandent des éléments de décors de bâtiments administratifs – pour exemples en 1952, la Chambre de Commerce à Fort-Lamy (Tchad), en 1953 – 1954, celle de Bangui, capitale de la République centrafricaine -. Il sera même fait Officier de l’Ordre de l’Etoile Noire du Bénin et de l’Ordre National du Tchad. De telles marques de reconnaissance locale constituent les preuves, s’il en était besoin, d’un regard respectueux et empreint de réalisme porté par le peintre sur ces pays et leurs habitants. 

En 1962, Gustave Hervigo est nommé Peintre de la Marine, et acquiert ainsi un véritable statut officiel. Il voyagera alors dans d’autres pays du monde comme la Nouvelle-Calédonie, la Norvège et la Russie, mais continuera à sillonner inlassablement le continent africain - à cheval, voire à dos de chameau, sur des milliers de kilomètres et à le peindre, afin de transmettre émotions et impressions fortes. 

Le peintre, étant revenu à Rambouillet à la fin de sa vie après un séjour parisien, décida en 1990 de léguer à la Ville tout son fonds d’œuvres encore en sa possession. 

Cet été, un choix a été opéré dans cet imposant ensemble, pour ne retenir que cet aspect particulier de l’œuvre de Gustave Hervigo. Au-delà d’une douzaine de peintures, l’accent est mis particulièrement sur les œuvres sur papier, dessins au feutre noir et gouaches colorées. Inédits pour la plupart car restés chez l’artiste et peu ou pas exposés, les dessins démontrent en effet la grande maîtrise technique et esthétique de l’artiste. 

A travers une quarantaine d’œuvres, constituée de paysages, mais aussi de portraits et de scènes de la vie quotidienne, le visiteur partira donc en voyage auprès de Gustave Hervigo et partagera sa vision du continent africain. L’artiste a été visiblement fasciné à jamais par la lumière des paysages rencontrés, les modes de vie de ses habitants et la profondeur des regards des individus qu’il croise, et qu’il restitue avec brio. 

HORAIRES D' OUVERTURE

L'exposition est ouverte du 4 juillet au 27 septembre 2009, du Mercredi au Dimanche de 14 à 18 heures. Entrée libre.

ACCÈS

Le musée se situe en plein centre ville, 8 Place du roi de Rome
78120 Rambouillet
En voiture :
Depuis Paris, Porte d'Auteuil, prendre A13, puis A12, et N10, sortie Rambouillet centre ville

En train :
Gare SNCF, arrêt Rambouillet (ligne Paris Montparnasse/Chartres)

www.ramboliweb.com/lepalaisduroiderome

Partagez cette page :



Partager cette page



Derniers sujets du forum