Cité d’Artistes et cité d’accueil, Rambouillet renoue avec son Festival en coeur de ville. Le jardin du Palais du roi de Rome va à nouveau vibrer au rythme des spectacles qui vont s’y dérouler et des applaudissements ...

Du mardi 23 au dimanche 28 juin 2009

Festival de Rambouillet 2009


Le Festival de Rambouillet 2009
Palais du Roi de Rome

Ouverture de la billetterie Samedi 23 mai 2009

 

" Cité d’Artistes et cité d’accueil, Rambouillet renoue avec son Festival en coeur de ville. Le jardin du Palais du roi de Rome va à nouveau vibrer au rythme des spectacles qui vont s’y dérouler et des applaudissements qu’ils ne manqueront pas de susciter.
Parce que la ville nous rassemble dans nos diversités, nous avons souhaité une programmation à la fois de grande qualité et de grande variété d’émotions : rire, pleurer, frissonner, rêver ou battre le rythme, nous le ferons ensemble…
Ensemble, nous vous invitons à passer quelques jours de partage d’une vie artistique que nous voulons riche de rencontres à Rambouillet. Rencontres avec les artistes qui sont au programme mais aussi, entre vous, autour d’un moment de plaisir partagé.
Je souhaite que ce Festival 2009 soit le point d’orgue des activités et des spectacles proposés toute l’année par nos artistes en résidence et par nos structures culturelles, au théâtre Le Nickel, à la médiathèque Florian, dans les salles d’exposition du Palais du roi de Rome et avec le service du patrimoine. Sans oublier le conservatoire communautaire et la MJC/Usine à Chapeaux, qui, tous, ont participé à la réussite de ce Festival.
Ces quinze spectacles, tous inscrits dans l’actualité, s’adressent à tous les âges et à toutes les sensibilités. Il vous sera peut-être difficile de faire votre choix, mais qui a dit qu’à Rambouillet, nous n’étions pas gourmands de culture !

Très bon festival 2009 "

Gérard Larcher
Président du Sénat
Maire de Rambouillet

 


Mardi 23 juin 2009 à 20h45

Tarif Plein : 18 € - Tarif Réduit : 15 € - Tarif enfants moins de 12 ans : 9 €

Tidiane artiste en résidence à Rambouillet qui fera l’ouverture de chaque spectacle

Pour cette saison 2009, le slam, poésie urbaine, est un axe fort du programme des résidences à Rambouillet. « Slamer veut dire claquer ! Cet exercice de style est une mise en scène de la parole et se traduit par une écriture brève, incisive, imagée.» Sa passion des mots, Tidiane la transmet lors de ses ateliers d’écriture ‘Jeux Inter-dits’, à L’Usine à Chapeaux, pour celles et ceux qui souhaitent avant tout écrire pour dire, écrire pour partager. Egalement, et depuis peu, il anime un deuxième atelier d’écriture à la médiathèque Florian : « Ma parole! » pour les 12-15 ans, en lien avec l’oeuvre littéraire de Pascale Petit, écrivain en résidence , elle aussi, à la médiathèque Florian : ‘Manière d’entrer dans un cercle & d’en sortir’. Tidiane apprend à triturer les mots et les phrases pour écrire des textes décalés. A l’issue de cet atelier, un CD/livret regroupant les écrits et les voix des participants sera enregistré à l’Usine à Chapeaux. Avec ses dédik’slam, vous le retrouverez en ouverture de chacune des soirées du Festival où il se fera l’ambassadeur des artistes en vous présentant, façon Slam, leurs spectacles. Il pourrait bien être aussi être le porte parole de notre plaisir partagé. 

En collaboration avec la médiathèque Florian et la MJC/Usine à chapeaux

Jean François Zygel


Jean-François Zygel " fait son cinéma "

S’il avait été alpiniste, son incroyable capacité à partager sa passion lui aurait permis d’emmener sur des sommets himalayens des personnes sujettes au vertige. Mais Jean-François Zygel est un des plus brillants musiciens et compositeurs classiques. Son credo : faire sortir le classique du ghetto élitiste où il est enfermé à tort. Il a commencé une carrière de musicien dans le classique en tant que pianiste à l’Orchestre philarmonique de Radio France de 1985 à 1998 tout en étant critique musical pour la revue Diapason. Mais en 1997, il commence à donner à la Mairie du XXème arrondissement des leçons de musiques publiques à l’images des « Young People’s concerts » de Leonard Bernstein et cela va changer la suite de sa carrière et de sa vie. Des leçons, dont certaines vont être filmées et vont faire l’objet de DVD, pour expliciter des compositeurs comme Chopin, Fauré, Bartok, Debussy, Chostakovich, Mendelssohn, Ravel, etc…, un travail salué par une Victoire de la musique classique en 2006. Des leçons qui vont se décliner aussi au prestigieux Théâtre du Chatelet. Ces leçons très populaires vont conduire France 2, dès l’été 2006, à lui confier une émission estivale où un compositeur ou un thème sont joyeusement revisités (car Jean-François Zygel qui parle du classique avec énormément d’humour a fait sienne la phrase de Chopin «Il faut se méfier des gens qui ne rient jamais : ils ne sont pas sérieux...» ) au côté de personnalités du monde de la chanson (Michel Delpech, Viktor Lazlo), mais aussi parfois d’autres horizons (l’acteur Yann Le Bolloc’h ou l’animateur Karl Zéro entre autres) avec ses rubriques fétiches : la minute du professeur solfège, le quizz musical, l’instrument rare. Une émission qui a un succès impressionnant pour la musique classique avec plus d’un million de téléspectateurs. Ce qui n’empêche pas ce boulimique musical de continuer à donner ses leçons de musique à Paris comme en province, mais aussi des concerts d’improvisation, ainsi qu’un cabaret classique hebdomadaire et dominical sur France Musique. Cet improvisateur hors pair s’intéresse tout particulièrement à l’accompagnement musical des films muets. C’est donc ce panel de ses talents de pédagogue, d’historien de la musique, et d’improvisateur que Jean-François Zygel nous offrira ce soir là à Rambouillet.

Au programme, un récital d’improvisations pour musiques de films, une courte conférence musicale sur l’histoire de l’accompagnement musical du cinéma muet, et un concert devant la projection du Nosferatu de Murnau, le premier et le plus beau des films de vampires de l’histoire du cinéma. Un film qui marque esthétiquement le passage du romantisme allemand à l’expressionnisme et qui est structuré dans sa narration comme une symphonie. Les surréalistes en firent une de leurs oeuvres fétiches et un réalisateur comme Tim Burton plusieurs décennies plus tard fit de nombreux clins d’oeil à Nosferatu dans ses films.

 Jean-François Zygel (voix, piano, célesta, orgue électrique)
Philippe Berrod (clarinettes )
Thomas Bloch (ondes Martenot et cristal Baschet)
Joël Grare (percussions)
Johnny Rasse et Jean Boucaut (chant d’oiseaux)
www.jeanfrancoiszygel.com

 En collaboration avec le conservatoire intercommunal à Rambouillet

 



Caravan Palace


Mercredi 24 juin 2009 à 20h45
Spectacles d'Anthony Joseph et Caravan Palace
places assises et debout (tarif unique 16 euros)

Attention, le lion est lâché et il est prêt à tout dévorer. « Leggo de Lion » (« Lâcher le Lion » en patois de Trinidad) c’est le titre du premier album d’Anthony Joseph, salué par une critique dithyrambique. Et la rage du lion, Anthony Joseph l’a dans sa musique, étonnant mélange de free jazz chaleureux, de psychédélisme à la Sun Ra, de groove à la Fela Kuti, de James Brown ou de Keziah Jones, de chansons religieuses caribéennes et de spoken word. D’ores et déjà un monument !

Django Reinhardt n’en finit pas de ressusciter ! Le jazz manouche ne s’est jamais aussi bien porté, surtout quand il est emmené par un joyeux groupe comme Caravan Palace qui revisite intelligemment le genre. Après Sanseverino ou Bireli Lagrène qui avaient sacrément dépoussiéré le genre, la relève avec Caravan Palace est désormais assurée.
Au départ, c’est une histoire de copains qui trimballaient leur guitare, leur contrebasse et leur violon dans les bars. Et puis l’idée d’y mêler des bidouillages électros et d’y adjoindre Colotis Zoé, une voix féminine magique. Et La Caravane avait trouvé le sens du voyage pour partir de ville en ville. Même les plus orthodoxes du genre en sont restés bouche bée devant ces gadjos (« non gitans ») au look de zazous.
Les bougres ont réussi à remplir deux Cigale, la salle mythique de Pigalle, le jardin du Palais du roi de Rome devrait frémir ce soir là au rythme de leur charleston futuriste... D’autant que leur tube s’intitule « Jolie Coquine »… Tout un programme.

En collaboration avec la MJC/Usine à Chapeaux

 


Jeudi 25 juin 2009 à 20h45
Spectacle Klinke et la compagnie Irina Brook
Tarif Plein : 18 € - Tarif Réduit : 15 €

Spectacle Klinke : Elle, elle traverse le monde dans un boîte. Lui, il est prêt à tout pourvu d’éviter les pépins. Entre ces deux-là, une histoire d’amour tendre et poétique, une cascade d’objets étonnants, des chaussettes qui s’envolent, des équilibres à 4 mètres de haut, des acrobaties à l’échelle libre debout dans le vide, des jonglages avec des objets lumineux, des culbutes rocambolesques, des chutes et des rebondissements à nous couper le souffle.

Ces deux-là, Olivia Ferraris et Milo Scotton sont amoureux dans la vie comme sur la scène, drôles, touchants. On partage leur complicité et leurs émotions dans ce spectacle qui mêle, en une douce alchimie, théâtre, cirque et danse. Aucune fausse note, un rythme soutenu, une dextérité et un professionnalisme parfaitement maîtrisés pour un moment délicieux que l’on savoure encore longtemps après la fin... un optimisme qui nous gagne !
A partir de 5 ans

La Compagnie Irina Brook: En Attendant le Songe, la Compagnie Irina Brook propose son Songe... dans un festival de plein air dans la région parisienne. C’est avec plaisir que nous proposons ici le grand succès de la compagnie aux publics d’un festival populaire pour fêter un début d’été haut en couleur pour l’équipe!

En collaboration avec le Théâtre Le Nickel

 


Khalid K

Vendredi 26 juin 2009 à 20h45
Spectacle de Khalid K et Abd Al Malik
Tarif Plein : 25 € - Tarif Réduit : 18 €

Khalid K , bruiteur, chanteur, musicien, magicien : l’artiste propose « un tour du monde en 80 voix ». De la bouche à la boîte, le son de sa voix nous emmène en voyage. Trois samplers posés à ses pieds nus et Khalid K, seul sur la scène, donne l’impression qu’il y a foule autour de lui.

Slam avec Abd Al Malik "Il y a quelques albums maintenant (deux exactement) que j’ai décidé de sortir de ma caverne, que j’ai décidé de sortir le Rap de sa réserve. Mais n’y voyez en cela aucune prétention, plutôt une détermination sans faille à porter haut et de manière totalement décomplexée l’étendard d’une certaine idée de la culture française, de la culture populaire. Je m’explique. De mon point de vue le fait d’être populaire consiste à se sentir solidaire d’un peuple (du peuple français) dans toute sa complexité. Etre populaire c’est comprendre fondamentalement que nous sommes tous complémentaire ..." Abd Al Malik

 


Samedi 27 juin à 14h30
Les Zébres

Entrée libre dans la limite des places disponibles, spectacles musicaux proposés aux enfants de 4 à 12 ans

Ce sont deux musiciens qui font des chansons plutôt rigolotes pour les enfants tout en parlant de sujets qui nous intéressent tous, petits et grands. Ils défendent avec humour notre belle planète amochée, et dénoncent avec non moins d’ironie, les dérives parfois stupides de notre jolie modernité. Pour raconter tout cela, les Zèbres convoquent un petit pingouin qui n’aime pas trop ce goût de mazout dans sa soupe de poissons, une mamie « bio » qui a bien du mal à faire ses courses, ou un kangourou bien filou… Le dernier album des Zèbres « Un après midi sans histoire » vient d’être récompensé par le Grand Prix du Disque de l’Académie Charles Cros. 

Anne Roumanoff Anne a 20 ans

Samedi 27 juin 2009 à 21h15
Spectacle d'Anne Roumanoff
Tarif Plein : 30 € - Tarif Réduit : 25 €
Anne Roumanoff "Anne a 20 ans... "

 

Anne Roumanoff est aujourd’hui l'une des humoristes françaises les plus populaires.
Après des études de Sciences Politiques, elle se lance dans le théâtre. Elle s’inscrit donc au cours Simon, puis au Cours Florent. Elle y travaille des rôles dramatiques avant d’être recalée au concours d’entrée du Conservatoire. Elle passe alors une audition pour « La Classe », cette émission délicieusement ringarde qui a marqué notre imaginaire télévisuel des années 80. En 1987, Guy Lux lui propose alors de rejoindre l’équipe dont elle devient l’une des icônes ! Sa carrière d’humoriste est ainsi lancée et elle joue son premier spectacle aux Blancs Manteaux avec « Bernadette calme-toi » durant lequel elle rassemblera près de 15000 spectateurs. Puis s’ensuivent une série de spectacles au cours desquels elle se rôde : « Je bosse comme une folle » (1990), « Anne Roumanoff au Grevin » (1991), « Tout nouveau spectacle » (1993-94), « Les hommes et les enfants d’abord » (1996-97), « Complètement Roumanoff » (1998), « A la Roumanoff » et « Follement Roumanoff » (2003-06). L’humoriste ne s’arrête pas en si bon chemin et se lance aussi dans la création de l’émission « Rien à cirer » sur France Inter aux côtés de Laurent Ruquier qui tiendra l’antenne tous les dimanches matins pendant cinq ans (de 1991 à 1996). Au total, Anne écrira pour l’émission près de 300 sketches pour la radio.
Ayant plusieurs cordes à son arc, Anne Roumanoff publie Ca va être ta fête maman ! aux éditions Hors Collections, en 2005, qui est un recueil de textes humoristiques sur la maternité, et en février 2006, Le couple, petits délices de la vie à deux. On l’a également vue au cinéma avec « Promotion canapé » (1990), ainsi qu’à la télévision, dans quelques téléfilms. Elle fête cette année ses 20 ans de carrière sur scène avec un spectacle intitulé « Anne a 20 ans » et offre depuis septembre 2007 un chronique comique de l’actualité, façon brèves de comptoir, chez Michel Drucker sur France 2 « On ne nous dit pas tout ». Au cours de ces brèves, elle aborde des thèmes qui ont fait d’elle sa renommée de « sociologue du quotidien ». Cette phrase revient souvent pour décrire son extrême facilité à décrire les petits tracas de la société. Le quotidien, la politique, les enfants, rien n’échappe à l’écriture caustique d’Anne Roumanoff.

 


Dimanche 28 juin à 15h
Entrée libre dans la limite des places disponibles, spectacles tous publics

Cie Ultrabutane 12-14 Massimo Staff 

Polo c’est pas un artiste, C’est juste un bon gars un peu maladroit venu installer le spectacle de son idole de frère, Massimo. Mais, pas de Massimo à l’horizon…. A sa façon, il va tenter d’occuper le public pour finalement voler la vedette et révéler l’artiste qui sommeille en lui. A sa façon... Ultrabutane 12-14 prouve qu’on peut faire rêver et rire avec trois fois rien en l’occurrence un escabeau, tour à tour boxeur, cheval de rodéo ou monstre aux griffes d’acier.

Immo emmène le public dans son monde un peu cirque, un peu clown, un peu théâtre. Son spectacle tout public «ça va bien» est un pur chef-d’oeuvre d’exploits de jonglage, d’expériences en tout genre et d’humour décapant.» (Midi Libre). En fait « on frissonne, on rit, on admire » (Le Point) et c’est pour cela qu’il ne faudra pas louper ce clown qui mélange tous les genres, alliant music-hall, théâtre, cabaret, humour ! Il y en a pour tous les goûts. Le spectateur ne pourra qu’être surpris par un spectacle où l’artiste surgit de nulle part, bondissant sur scène, crée une atmosphère, embrasse les spectateurs, jongle… C’est un enchaînement dont on ne se lasse pas et dont ne veut pas voir la fin, qu’on soit petit ou grand !

 


www.mariannefaithfull.org.uk

 


Dimanche 28 juin 2009 à 20h45
Spectacle d'Edward Barrow, Orly Chap et Mariane Faithfull
Places assises et debout (plein tarif 25 euros, tarif réduit 18 euros)

Edward Barrow est un jeune homme beau comme un dieu, et il porte la chemise à carreaux tel un James Dean ténébreux… Bref, un musicien génialement mélancolique, pop folk aux plages de pianos totalement aériennes, qui devrait retourner le coeur des plus endurcis d’entre vous, dans la lignée d’Anthony and The Johnsons, révélation folk de l’année. Dans ses interviews il dit être influencé par Marianne Faithfull, ça tombe bien : pour l’un de ses tout premiers concerts il en fait la première partie !

Orly Chap est presque une habituée de Rambouillet puisqu’il y a trois ans elle avait « scotché » le public à la Bergerie Nationale.Depuis la pop singer, auteur, compositeur et interprète à la voix grave et voilée a fait du chemin. Ce n’est rien de moins que Juliette Gréco qui lui a demandé tout récemment une chanson « Je me souviens de tout ». La rockeuse rimbaldienne est comparée par le journal le Monde à Janis Joplin et si elle tient à sa guitare, Orly Chap n’hésite pas à convoquer banjos et ukulélé, voire canettes de soda comme percussions.

Marianne Faithfull , née 29 décembre 1946 à Londres est une chanteuse de rock-pop britannique et une actrice.

Elle commence sa carrière en 1964 avec la chanson As Tears Go By, écrite par Mick Jagger et Keith Richards. Une fois ses premiers titres connus, elle produit quelquies titres: This Little Bird, Summer Nights et Sister Morphine. En 1969, elle débute aussi une carrière sur les écrans avec le rôle d'Ophélie, dans l'adaptation d'Hamlet de Nicol Williamson.

Coté musique, celle qui fut l'une des égéries pop des swinging sixties, chanteuse rauque dans les années 80, puis l'interprète de Kurt Weill dans les années 90, est revenue sur le devant de la scène avec Kissin Time, conçu comme un disque puzzle, dont elle a assemblé toutes les pièces pour donner une nouvelle image d'elle-même. L'image d'une femme, qui du passé a fait table rase, pour se tourner vers la vie et l'avenir. De Beck à Etienne Daho, de Blur aux Smashing Pumpkins, personne n'a refusé l'invitation de Marianne Faithfull pour collaborer à la création de cet opus. C'est escortée de plumes rares et recherchées du rock que cette voix de rêve mène aujourd'hui la revue.

Côté cinéma, car la dame est aussi actrice, on a pu la voir des les années 60 dans des séries télévisées et au théâtre, avant quelques rôles au cinéma dont l'on pourra retenir entre autres : Made in USA de Jean-Luc Godard, La motocyclette avec Alain Delon, Intimité de Patrice Chéreau, Marie-Antoinette de Sofia Coppola.

En 2007 elle est le premier rôle Maggie/Irina dans le film indépendant très remarqué (notemment au 57ème festival de Berlin) Irina Palm : elle y incarne une serveuse en manque d'argent qui se reconvertit en hôtesse pour un bar coquin. Sa prestation a tout autant été saluée.

En 2008, elle sort un nouvel album de Marianne Faithfull, intitulé Easy Come Easy Go. Ce nouvel opus, réalisé par Hal Wilner et enregistré au Sear Sound studio à NYC avec le nouveau groupe de Marianne Faithfull, composé de : Barry Reynolds, Greg Cohen, Marc Ribot, Jim White et Rob Burger, est composé de reprises de standards et autres titres plus récents.

Ouverture de la billetterie Samedi 23 mai 2009

Billetterie à partir du 23 mai 2009, Bureau du Festival, Office de Tourisme de Rambouillet, place de la Libération 9h30-12h et 14h30-17h30
Règlement uniquement par chèque et espèces

Par internet : www.fnac.com et www.ticketnet.fr
Auprès des points de vente des réseaux Fnac, Carrefour, Virgin, Leclerc, …
Par téléphone : Fnac au 0892 68 36 22 (0,34€ TTC/min)
Ticketnet au 0 892 390 100 (0,34 € TTC/min)

Sur place, Place du roi de Rome, le soir du spectacle à partir de 19h30

Tarifs : les tarifs et horaires sont indiqués pour chaque spectacle. Les tarifs réduits sont accordés sur justificatifs aux étudiants, jeunes de moins de 18 ans, personnes de plus de 65 ans, RMIstes, bénéficiaires du RSA et demandeurs d’emploi, ainsi qu’aux adhérents Fnac. Attention : les tarifs adhérents Fnac ne sont disponibles qu’auprès de ce réseau.

Accès :Le Jardin du Palais du roi de Rome se situe en centre-ville de Rambouillet, en milieu de l’artère principale, rue du Général de Gaulle. Gare SNCF Rambouillet, Bus ligne V arrêt roi de Rome.
Ouverture des portes : Environ 30 minutes avant l’heure programmée du spectacle.
Restauration : Nombreux restaurants à proximité, et bar du Festival sur le site.

Partagez cette page :



Partager cette page



Derniers sujets du forum